Chronique : Ricks le hérisson, Benoît Le Gall


Résumé :

Ricks Le Hérisson est une fable écologique mettant en scène des hérissons menacés d'extinction par les hommes ou bipèdes.

Désigné par sa communauté pour détruire la Noix d'Argent, Ricks se voit confier un acte aux conséquences fortes, puisque l'on parle d'éradiquer l’espèce humaine. Avant de se lancer, il devra d’abord récupérer des armes indispensables à sa réussite.

Sa mission le conduira à faire équipe avec une jeune fille, une alliance soulevant chez lui des questions quant au bien fondé de son entreprise.

Quel sort leur sera-t-il réservé ? Ont-ils réellement le pouvoir de décider ?

Pas si la Nature a déjà tout prévu…




Avis :

Tout d'abord je souhaitais remercier l'auteur Benoît Le Gall de m'avoir envoyé son roman en service presse, et de sa confiance.

Ce roman d’apprentissage entre tout à fait dans la catégorie de fable écologique, comme le décrit l’auteur lui même. Nous suivons les aventures de Ricks le hérisson, entouré de Julia la bipède et Pelton le pélican. C’est un livre qui s’adresse éventuellement aux plus jeunes. Néanmoins, il est tout aussi intéressant de le lire une fois adulte (surtout dans le contexte écologique actuel). Cette fable, plus que de dénoncer le comportement des bipèdes (le terme d’humain n’est pas mentionné, mais nous nous reconnaissons assez facilement), essaye davantage de nous faire prendre conscience du potentiel ressenti des animaux face à la situation environnementale dans laquelle nous nous trouvons. Les animaux (notamment les hérissons, les mygales et les vipères) vouent une haine invétérée aux bipèdes qui ne cessent de saccager et de réduire leurs territoires. L’auteur a décidé de porter son récit sur une alliance animaux/humains pour contrer la véritable menace, le maire et chef de la police Kenteris. Le rôle et la position de l’humain est nuancée. Certes, une partie des bipèdes se fichent de l’état de la flore et du sort de la faune (comme le maire Kenteris), mais ce n’est pas le cas de toute cette espèce. Certains sont près à se remettre en question et à changer leur fusil d’épaule pour le bien collectif et l’équilibre de la Nature. S’il y a bien une chose que ce roman nous apprend c’est que l´humain seul face à cette même faune et flore qu’il use et abuse, n’est pas grand chose. Pour maintenir cet équilibre, il faut préserver le respect que nous nous devons envers la Nature, au combien important. Ce fut une lecture plaisante, une épopée avec ses rebondissements, une transmission de valeurs (qui est propre à ce genre d’histoire). Un héros qui apprend à aimer « son ennemi », car il apprendra, tant bien que mal que tous les bipèdes ne sont pas ses rivaux.

Le début de l’histoire m’a quelque peu fait penser à celui de Bilbo le Hobbit. Un personnage discret, dont les apparences ne le prédestinait pas à une aventure, lourde de conséquence.

J’ai trouvé intéressant aussi le fait que l’auteur ait centré son histoire autour de la cité des hérissons, il ne se l’explique pas lui même. Du moins, c’est ce qu’il écrit dans sa préface. Pourquoi des hérissons ? Peut être que ce choix vient ajouter un autre message ? Comme le fait de se méfier des apparences, ou que la taille n’est pas proportionnelle à la force, qu’elle soit physique ou mentale, ou bien encore que la Nature a bien plus de ressources que l’on croit même dans ses plus petits habitants.

L’histoire mêle la fantaisie, toutes les espèces peuvent dialoguer entre elles, il n’y aucune barrière de langue. Il est aussi affaire d'armure qui recèle de grands pouvoirs, de magie noire, de destin, de prophétie...

Un roman à lire bien tranquillement, qui nous fait réfléchir sur notre impact en tant que bipède et qui nous montre que nous pouvons changer les choses.

Alors qu'attendons - nous ?






points Blurry

© 2023 par Villa Aphrodite. Créé avec Wix.com

  • Noir Icône Instagram
  • Twitter Basic Black
  • Noir Pinterest Icône
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now